Millénium 1: les hommes qui n’aimaient pas les femmes.

Les hommes qui n’aimaient pas les femmes de la saga Millénium de Stieg Larsson.

Edition : Babel Noir          Pages : 705         Prix: 10€

Genre : Policier ; Polar

4 ème de couverture : 

Ancien rédac753224.jpgteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire.

Mon avis : ♥♥♥

Très bonne expérience de policier nordique. Larsson nous emmène dans un monde
politique, financier, violent. Notre monde actuel ?

J'ai eu beaucoup de difficultés à accrocher aux premières pages, mais une fois
lancée, impossible de m'arrêter.
L'enquête est longue à venir, longue à se dérouler. Mais cela nous permet 
d'imaginer un tas d'hypothèses, un tas de suspects.


Le livre entretient plusieurs histoires. On aura l'enquête principal, bien sûr,
sur la disparition d'Harriet Vanger. On aura la fin du procès de Mikael
Blomkvist. Et enfin, l'histoire peu classique de notre chère Lisbeth Salander.
Mikael et Lisbeth sont d'ailleurs les principaux personnages, mais je me suis
sentie plus intimement liée à Lisbeth. En effet c'est un drôle de personnage,
associable, sans sentiments apparents, mais toutes les épreuves qu'elle 
endure nous obligent en quelque sorte à l'aimer malgré son caractère noir.

De plus j'ai vraiment aimé le style de l'écrivain, on accroche bien à ses
tournures de phrases. Et on est surpris du final, assez violent, mais
étonnant.

Je ne le recommanderais pas à tout le monde car c'est assez long et dure à 
lire avec un tas de termes économiques et politiques.
Mais lancez-vous quand même !! Vous ne serez pas déçus !


« — Parce qu’on n’est pas dans un polar. »

 

Publicités

3 réflexions sur “Millénium 1: les hommes qui n’aimaient pas les femmes.

  1. J’ai vraiment adoré ce roman!! On est rapidement pris dans l’intrigue avec des personnages complexes et une histoire prenante!! Jusqu’à la fin je me suis demandée ce qui avait pu se passer sur l’île dans années plus tôt … Les deux d’après sont encore plus complexes mais intéressant 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s