Le Piano Oriental

Le Piano Oriental de Zeina Abirached

Edition :  Casterman      Pages : 208      Prix: 22€

Genre : Bande-dessinée

img_3446-copy

4 ème de couverture :

Beyrouth, années 60.

Le rêve d’Abdallah Kamanja de mettre au point un Piano Oriental, et son ingénieuse tentative de rapprochement entre les musiques d’orient et d’occident, éveillent un écho dans la vie de Zeina Abirached.

Un récit double qui explore avec humour et tendresse le rapport de l’auteur à ses deux langues maternelles, le français et l’arabe.

Mon avis : ♥♥

Tiens tiens, un nouveau chat chroniqueur... !? Où est passé Tétie ? 
Est-elle mise sur la touche ? 
Rassurez-vous, Tétie va très bien et elle est toujours la reine de ce blog. 
Je vous présente Jim, le chat de mon ami (Karim), et d'ailleurs je lui 
laisse la parole, c'est son livre (offert par mes soins), sa chronique !

" Premièrement, je remercie ma petite Elise pour ce joli cadeau. Je ne 
suis pas un féru de lecture mais je ne suis pas contre un bon bouquin de 
temps en temps. 
Sur les conseils (et encouragements) d'Elise, j'interviendrai périodiquement 
sur ce blog pour vous faire part de mes trouvailles, majoritairement 
dans l'univers Manga.

Entrons dans le vif du sujet. Le Piano Oriental, en voilà un drôle de titre. 
Cela me parle forcément étant donné mes origines et ma pratique du 
piano... Bon choix Elise ! 

L'arabe et le français, voici les deux langues que parlent parfaitement 
Abdallah, le personnage principal. Son amour et son attachement à 
ces (ses) deux langues vont être le fil conducteur du bouquin. 
Il cherche à mettre au point un piano permettant aux musiciens occidentaux
(demi-ton) et orientaux (quart de ton) de jouer sur le même instrument. 
La différence de tonalité ne le permettait pas jusqu'alors. 

A travers cette quête du piano oriental, on comprend rapidement le combat
d'un homme qui n'a eu de cesse durant sa vie de vouloir rassembler les deux
cultures qui l'animent, qui le définissent. Cette dualité est habilement 
représentée dans les choix esthétiques de l'auteur. Le livre alterne les 
illustrations noires sur fond blanc, puis blanches sur fond noir. Certains
dialogues sont en français puis d'autres en arabe (très rares et 
sous-titrés). 

J'ai adoré l'expérience visuelle proposée par cette BD. Le coup de crayon 
a beau être simple, le résultat, lui, n'a rien de simpliste. On navigue 
de page en page dans un univers terriblement personnel, au bord du 
psychédélique. Il n'est pas rare de s'arrêter quelques secondes pour 
contempler le spectacle complexe qui nous est proposé. L'intérêt visuel 
du livre est indéniable et c'est pourquoi je le recommande. 

Néanmoins, je n'ai pas mis la note maximum car l'intérêt littéraire pêche
un peu. Au-delà de l'histoire et de son message philanthrope que j'ai 
appréciés, j'ai trouvé que les dialogues manquaient d'originalité et de 
rythme. Cela nuit quelque peu au plaisir global. 
En contre-partie, ce bouquin se lit très vite. On ne peut pas tout avoir :) !"

Publicités

3 réflexions sur “Le Piano Oriental

  1. Bravo à vous, ce fut le beau moment de ma journée cette chronique, et pas seulement pour l’interêt du propos dédié à cette BD mais également par son auteur qui m’a surprise dans un tel exercice ! Comme quoi il me plait à penser qu’une passionnée de lecture à plus d´un tour dans son sac à livres et c’est tant mieux ! Et Jim est au poil sur cette photo ☺

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s