Ceux qui restent

Ceux qui restent de Marie Laberge ( titre en raccord avec le nom de famille ? rester sur la berge ? oh je sors….)

Edition : Pocket              Pages : 535         Prix : 8,50€

Genres : Contemporain ; Drame

4 ème de converture :IMG_7253

Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissés quand il s’est donné la mort.
Ce fut un geste soudain et, comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie.

Mon avis : ???

Bon c'est clairement pas un livre fun hein, d'ailleurs je ne sais
comment le noter. J'ai vraiment apprécié, mais comment apprécier un tel
sujet ? Comment dire que c'est un coup de cœur.
Car ici on suit le père, la femme, le fils, la maîtresse d'un homme
qui s'est suicidé.
On ne connaît rien de cet homme, l'histoire débute arpès son suicide.
Suicide incompris par tous car il allait en apparence bien. De plus
il n'a laissé ni mot ni lettre.

On m'a dit un jour que le suicide fait suite à une dépression, qu'on
est heureux à 90% du temps et triste le reste. Et à un instant
sur une pensée on peut se suicider .
De vouloir mourir sans haine et sans tristesse.
(cette personne en licence de socio)

Bref, on va donc suivre ses proches, la manière dont chacun se
remet ( ou pas ) de cette mort subite. 
Et il était très interessant de voir qu'on ne réagit pas tous de la
même façon à un choc aussi terrible.
Bel ouvrage sur la vie possible après la mort, sujet du suicide, vaste
sujet pas simple à aborder.

Pour en venir sur la plume de l'auteur, elle a vraiment une pureté
d'écriture. Elle arrive à nous faire sourire devant un sujet tel
quel. Les personnages sont plus où moins attachants.
Personnellement j'ai adoré la maîtresse de Sylvain, non pas pour
ce rôle d 'amante, mais pour son accent.
Car il faut savoir que Marie Laberge est Québécoise, et sur le 
personnage de la maîtresse on avait complètement l'accent québécois.
Eh oui on peut lire un accent. Tous les " ben " et les expressions
purement québécoise.
Et malgré le sujet et le nombre assez conséquent de pages, il se lit
très rapidement car un chapitre est très court et chaque chapitres
à un narrateur différent. Donc on a envie d'enchaîner.


Au passage rien à voir avec le film Ceux qui restent, même titre
mais histoire absolument différente.

" Je m’en veux quand même, parce que je voudrais tant que l’amour que 
j’éprouvais ait fait une différence. Mais ça ne le fait pas toujours. 
Et ça ne dépend pas toujours uniquement de nous. "

"Le suicide de mon fils n'est pas un message. C'est son geste. Sa décision.
Et cette décision a provoqué à son tour un cataclysme dans la vie de ceux 
qui vivaient près de lui. Avec lui. Quand on ne peut pas échapper à ce 
qui nous arrive, il faut poser les armes et attendre que notre coeur émerge.
Se refasse."

" Je ne crois pas qu'on refuse ou qu'on accepte de vivre. Je crois que 
certaines circonstances alliées à un état d'esprit spécifique conduisent 
à des gestes définitifs... qui, à ce moment-là, ont l'air d'une solution."
Publicités

4 réflexions sur “Ceux qui restent

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s