Les stagiaires

Les stagiaires de Samantha Bailly

Edition : Le livre de poche             Pages : 437              Prix : 7,90€

Genre : Contemporain

4 ème de couverture :

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative.
Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.
Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derr

IMG_8065.JPG

ière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne.
Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro…
Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent.
Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ?

Mon avis : ♥♥

Il se lit à une vitesse incroyable. De part ses chapitres courts 
et l'histoire addictive.
Bon et aussi le fait que j'ai passé ma matinée dans la salle d'attente
de la préfecture...

J'aime bien les petits romans sur la vie. Sur une vie possible surtout.
Pas de personnages improbables.
Non non dans chacun des protagonistes j'y revoyais un(e) ami(e), un
parent, un ancien compagnon.

Après je ne me suis pas reconnue dans cet univers, car mes stages
ne sont absolument pas en bureau, open-space, création, ordi...
Je suis dehors en pompe de sécu avec des bébêtes.
Donc une ambiance complètement différente et supérieur très très différent.

En revanche, Samantha écrit tellement bien que j'étais en stress en colère
en joie en peine en même temps que les stagiaires.
Certains passages donnent envie de vivre cette aventure et d'autres
me rassurent à traîner dans le crottin de cheval et les puces de chiens (
oui je donne envie )

J'ai apprécié les différents protagonistes, ils ont tous leurs caractères,
leurs différences. Ils sortent ensemble et sont amis, comme
quoi la différence n'est pas une tare, mais peut être une force (
Elise psy à votre écoute bonjour ! ) 

C'est donc un livre pour tous, pour les "vieux " pour leur rappeler
des moments nostalgiques passés (je vais me mettre certaine personne
à dos là !! hihi ), pour les jeunes adultes qui vivent cette expérience, 
pour les plus jeunes voir ce qu'ils vont affronter. Et puis juste 
parce que ce bouquin est très sympa, sans prise de tête et agréable
à lire.

Oui, j'ai engagé Lucky comme secrétaire, étant mère célibataire elle
n'a plus le choix !!!!
Mais elle est très heureuse dans son job comme vous pouvez le constater...

La dernière lettre de son amant

La dernière lettre de son amant de Jojo Moyes

Edition : Milady                      Pages : 526                Prix : 8,20€

 

Genre : Romance

4 ème de couverture : 

IMG_8064.JPG

 

Deux époques, deux destins de femmes.
Jennifer vit dans une cage dorée sur la Riviera pendant les années 1960. Depuis son accident de voiture, elle a perdu la mémoire… jusqu’au jour où cette femme mariée redécouvre les lettres de son amant.
Quarante ans plus tard, Ellie retrouve cette correspondance amoureuse. Au fil de son enquête, la jeune femme va reconsidérer sa conception de l’amour et surtout son histoire avec un homme marié. La dernière lettre changera leur vie à jamais.

 

 

Mon avis : ♥♥

Bon après ma dernière lecture L'immeuble des femmes qui ont renoncé
aux hommes, vous devez sans doute penser que je suis seule et dépressive.
Bon alors seule oui, dépressive non. Enfin pas encore, car si je continue
de lire ce genre de livre de Jojo Moyes ça peut peut-être arriver ahah.

J'ai beaucoup apprécié ce livre il me fait penser à un film que j'aime
beaucoup : Sur la route de Madison. Une femme mariée, un mari
qu'elle n'aime pas, un amant dont elle est folle, un choix crucial à faire.

Mais ce livre n'est pas qu'une histoire d'adultère je vous rassure.
On rencontre Ellie, journaliste de nos jours qui tombe sur une lettre
d'amour. D'amour déchu. Elle va essayer de savoir ce qu'il s'est passé
après cette lettre.
Et c'est là que nous suivons l'histoire de Jennifer dans les années 60.
Autant dire que ce n'est pas la même vision du mariage qu'aujourd'hui.
La femme est nulle, bête, seulement à faire jolie pendant les réceptions.
Jennifer qui a eu un accident et a perdu la mémoire. Quel dommage ! 

C'est une très belle histoire d'amour, qui fini bien/ mal ? Je vous laisse
le découvrir par vous même.

En revanche j'avais un peu de mal à suivre certains passages. Car
il y a beaucoup de flash-back dans la vie de Jennifer, avant/ après 
l'accident. Il n'y a aucune date de marquer c'est à nous de remettre
l'histoire dans l'ordre.
Bon je vous rassure il ne faut pas bac +10 pour comprendre cette romance.
Mais il fallait bien que je trouve un petit truc qui n'allait pas !

Et puis il y a certains personnages que j'avais envie de frapper
constamment !

Bon et aussi ce n'est pas la romance ultra cucu la praline, vous savez
très bien que ce n'est pas mon dada.

Suivre une romance épistolaire c'est très agréable ! 
Ca me ferait presque regretter de ne pas avoir vécue à cette époque !

"La tête entre les mains, elle se met à pleurer. Pour Boot, pour Jennifer,
pour les occasions qu'on rate et les vies qu'on sabote. Elle pleure aussi 
pour elle-même, parce que personne ne l'aimera jamais comme cet homme a 
aimé Jennifer et parce qu'elle se dit qu'elle est en train de gâcher ce 
qui aurait pu être une vie agréable bien qu'ordinaire. Elle pleure parce 
qu'elle est soûle, toute seule dans son appartement, et que l'un des rares 
avantages à vivre seule, c'est justement de pouvoir pleurer sans retenue 
quand on en a envie. "

" Il oublia que les sentiments ,selon son expérience ,étaient plus mortels 
que les munitions. "

Ici Lucky écrit une lettre au futur père de ses enfants suite à la lecture
de ce livre.
( ouiiiii je fais les feux de l'amour des animaux de compagnie et alors ?!)

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes de Karine Lambert

Edition : Le livre de poche            Pages : 214          Prix : 6,60€

Genres : Contemporain ; Romance

4 ème de couverture : IMG_8063.JPG

Les hommes sont présents partout dans cet immeuble de femmes qui ont renoncé à eux. Dans leurs colères, leurs nostalgies, leurs rêves, leurs désirs… Quatre femmes d’âges et d’univers différents, pas des féministes acharnées : des amoureuses blessées qui se méfient désormais de l’amour et ont inventé une autre manière de vivre.
Juliette, une jeune locataire qui vient d’emménager, est séduite par leur complicité, leurs joies, leurs rires et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’a pas du tout abdiqué ! Son acharnement va-t-il ébranler les belles certitudes de ces farouches adeptes de la vie en solo ?

Mon avis : ♥♥

Tout d'abord merci à ma soeur pour ce cadeau. (dois-je comprendre
un sens caché ?!)

Petit roman court qui se lit assez bien.
J'avoue avoir eu un petit peu de difficulté au début à m'y retrouver
car à chaque chapitre c'est un personnage différent qui parle.
On va apprendre de chacune d'elles leurs passés douloureux avec les 
hommes.

C'est donc un immeuble avec cinq femmes qui ont renoncé aux hommes
mais alors jusqu'au bout. C'est à dire problème de plomberie
elles cherchent dans tout Paris une femme, même problème
pour les peintres.
Aucun homme ne doit mettre les pieds dans cet immeuble.
Ce qui pose problème pour la jeune femme qui vient d'emménager.
Et si cette jeune femme allait enfin ramener un peu d'amour masculin
dans cet immeuble ?

Je trouve la fin pas assez détaillée, c'est un peu dommage mais ça
ne gâche en rien la beauté de ce petit bouquin.

"- On n'a pas renoncé à l'amour.
- C'est très beau l'amour, le véritable amour.
- On a renoncé à l'espérance folle de le vivre.
- Aux montagnes russes.
- A la polygamie.
- A vouloir rapprocher le pôle Nord et le pôle Sud.
- Au bricolage quotidien, à recoller mille fois les morceaux.
- A perdre la raison quand on découvre que l'autre n'est pas celui qu'il 
faisait semblant d'être.
- A se diluer, se contorsionner, se rogner les ailes pour plaire.
- A se laisser rouler dans la farine pour une caresse, un mot doux.
- A devenir pathétique.
- A perdre tous ses neurones et rester accro à une relation toxique.
- On ne peut pas se protéger en amour.
- La seule protection, c'est l'abstinence"

Tétie est en vacances pour quelques semaines, Lucky se fait un réel
plaisir de la remplacer, tant que Tétie ne l'apprend pas....
Bien que ce livre ne corresponde pas trop à Lucky car elle va devenir
maman sous peu et donc.... moi grand-mère !!!!!

Les jours meilleurs

Les jours meilleurs de Cecelia Ahern

Edition : Milady                Pages : 443               Prix : 18,20€

Genre : Romance

4 ème de couverture :IMG_7464.JPG

À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s’effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.

Mon avis : ♥♥

J'ai acheté ce livre car je suis une grand fan du film PS : I love you
issu du livre de cette même auteur. ( livre que je lirai en anglais
d'ailleurs, si certains veulent se joindre à moi)

Tout d'abord il est qualifié de Romance, mais alors moi je ne trouve
absolument pas que c'est une romance. Seulement un contemporain.

J'ai adoré cette histoire. Une jeune journaliste qui perd
son mentor et amie. Sur son lit de mort elle lui remet une liste de
100 noms.
On va donc suivre Kitty dans la recherche des ces 100 personnes.

Et je ne vous en dit pas plus, si ce n'est que les histoires
intéressantes sont racontées et vécues par des personnes " ordinaires".
J'ai même envie d'ouvrir l'annuaire, d'aller sonner chez les gens
et écouter leurs histoires.
La vie est passionnant et les humains le sont aussi !

Ce livre se lit vite et fait vite du bien au moral.

"Elle était consciente de la banalité embarrassante de sa vie et sentait 
que ses réponses simples n’avaient pas inspiré la femme qui lui avait 
consacré une heure entière, même si cette dernière avait tout fait pour 
la persuader du contraire"

"Il arrive à tout le monde de se tromper, personne n’est parfait. Mais il 
faut apprendre de nos erreurs pour devenir de meilleurs professionnels et, 
plus important encore, de meilleures personnes."

Mala Vida

Mala Vida de Marc Fernandez

Edition : Le livre de Poche                   Pages : 280                   Prix : 7,10€

Genre : Policier

4 ème de couverture : IMG_7357.JPG

De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loins qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des « bébés volés » de la dictature franquiste

Mon avis : ?

J'ai été très attirée par le résumé de ce livre.
Je ne connais pas du tout l'univers espagnol et j'avais donc envie
de le découvrir à travers un policier.

Mais, mais, je ne sais qu'ne penser.
Car face à ma non culture espagnole j'ai été obligée de mener des
enquêtes sur internet pour déceler la fiction de la réalité.
Et j'ai donc pu en conclure que 90% du livre est basé sur des faits
réels. Mais je trouve ça réellement dommage que l'auteur n'en fasse
pas une réelle distinction. 

Si jamais vous lisez ce livre je vais vous donner mes petites recherches 
brèves :
- Mala Vida = Mauvaise vie, chanson de Manu Chao
- Franquisme = idéologie traditionaliste et antimoderniste fondée en 1936
par la religion catholique.
- 300 00 bébés volés pour les familles riches et catholiques de 1939 et 
début 1990, l'état et l'église en serait à l'origine
- scandale éclate dans les années 2000

En dehors de cela l'enquête est assez bien menée, assez prenant, la fin un 
peu trop précipitée à mon goût. Mais c'est un livre assez troublant,
quand on pense à ce genre de scandale, un roman assez noir finalement.

Je ne vois aucune raison de ne pas lire ce livre qui alimente
notre culture générale.

Silo

Silo, tome 1 de Hugh Howey

Format Ebook

Genre : Science fiction

4 ème de couverture :

Dans un futur postapocalyptique indéterminé, quelques milliers de survivants ont établi une société dans un silo souterrain de 144 étages. Les règles de vie sont strictes. Pour avoir le droit de faire un enfant, les couples doivent s’inscrire à une loterie. Mais les tickets de naissance des uns ne sont redistribués qu’

IMG_7861

en fonction de la mort des autres.
Les citoyens qui enfreignent la loi sont envoyés en dehors du silo pour y trouver la mort au contact d’un air toxique. Ces condamnés doivent, avant de mourir, nettoyer à l’aide d’un chiffon de laine les capteurs qui retransmettent des images de mauvaise qualité du monde extérieur sur un grand écran, à l’intérieur du silo.
Ces images rappellent aux survivants que ce monde est assassin.
Mais certains commencent à penser que les dirigeants de cette société enfouie mentent sur ce qui se passe réellement dehors et doutent des raisons qui ont conduit ce monde à la ruine.

L’avis d’Améline : 

Si Jamie te fait penser à un mouton vaudou, derrière sa bougie, c’est 
sûrement parce que j’étais en panne d’inspiration pour l’illustration de 
cette chronique, comme pour le reste d’ailleurs :D

Je l’avoue tout de suite, pas de mystère : je n’ai pas du tout accroché à 
cet auteur/livre. Ok le mot est faible, j’ai failli abandonner. 
Le résumé me plaisait beaucoup ; j’y voyais déjà une sorte d’ambiance 
Hunger Games, futuriste mais sur un fond social/politique très actuel.
Mais Ô hélas, rien n’a su me retenir en haleine. Beaucoup de personnages 
arrivent et disparaissent à la vitesse de la lumière. L’histoire est lente
malgré quelques actions. Je me suis noyée dans la sur-description des 
personnages, de leurs histoires, des 150 étages que composent le silo...
pour au final toujours avoir de plus en plus de questions sans réponses ! 
J’en étais rendu à me demander si en m’endormant sur ma liseuse, j’avais avancé de 15 pages sans m’en rendre compte avec le contact de ma joue :D

Une vendeuse m’avait précisé que les tomes 2 et 3 n’étaient pas la suite 
du 1er. Ça tombe bien, je compte m’arrêter là !

La différence invisible

La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

Edition : Delcourt        Pages : 196              Prix : 22,95€

20eb247d011f8314fb0dfc1995b428d2.jpg

Genres : Bande dessinée ; Psychologie

4 ème de couverture

Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d’elle-même et découvrir qu’elle est autiste Asperger. Sa vie va s’en trouver profondément modifiée.

Mon avis : ♥♥♥

Il existe différentes formes d'autisme. Et toutes sont en général
assez méconnues du grand public, même pour les gens concernés.
Car en effet, comme l'explique assez bien la BD, les personnes atteintes
d'autisme ne sont pas toujours au courant. " Il existe autant de formes
d'autismes que de personnes autistes "
Et comme l'héroïne, ils vivent assez mal les regards des autres sans
savoir pourquoi ils sont jugés. Sur quelles différences ils sont jugés.
Dans cette BD on remarque aussi le monde cruel du travail pour les
personnes atteintes d'autisme. Ils sont réellement incompris.
Où les soucis quotidien qu'elle doit gérer, les foules, les bruits,
les imprévus,...
J'ai adoré le moment ou Marguerite apprend qu'elle une Asperger.
"C'est normal que je soi anormale ! C'est génial ! "
Elle se sent libérée, elle sait que sa différence à une origine,
que ce n'est pas sa faute.
De plus cette libération est assez bien ressentie du fait que tout le début
de la BD est en noir et blanc, et à partir du moment où elle l'apprend
la BD est en couleur.
Et à la fin il y a toute une explication sur qui sont les Asperger, leurs
difficultés, leurs facilités.
Très intéressant d'en savoir plus sur ce sujet que je connaissais
superficiellement.
Les auteurs ont réussis à nous expliquer cette maladie de façon ludique
et sans préjugés.
Bref je ne veux pas trop vous en dévoiler car à la fin il y a une petite
"surprise" concernant la BD.
Mais c'est une belle oeuvre, avec de beaux messages plus où moins cachés.

" Tout le monde est un génie, mais vous jugez un poisson sur sa capacité
à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu'il est stupide "

Je voyage seule

Je voyage seule de Samuel Bjork

Version ebook, environ 600 pages

Genre : Thriller

4 ème de couverture :21291379_10207587685008569_1674375077_n.jpg

Elles n’avaient que 6 ans …
En pleine forêt norvégienne, une enfant est retrouvée pendue à un arbre. Sur son dos, un cartable d’écolière; autour de son cou, une pochette d’une compagnie aérienne avec ces mots : « Je voyage seule ».
L’inspecteur Holger Munch, chargé de l’enquête, fait appel à son ancienne coéquipière Mia Kruger, jeune policière de génie. Quand Mia découvre le chiffre 1 inscrit sur un doigt de la victime, la tension monte d’un cran : il y aura d’autres meurtres identiques, assure-t-elle. La suite lui donne raison… Jusqu’où ira le tueur ? Comment arrêter le massacre ? Une enquête terrifiante, qui frappera les deux policiers plus intimement qu’ils ne le croient…

L’avis d’Améline : ♥♥

Un bon thriller ! Ambiance macabre dès le début, mais tellement prenant ! 
J’ai eu peur du personnage du Mia, ancienne mais jeune flic à la retraite, 
retranchée du monde pour s’y suicider. Mais plus de peur de que mal car 
le duo avec un chef de brigade survolté fonctionne à merveille.  
Il s’agit du premier roman du norvégien Samuel Bjork qui te donne une 
vraie pelote de laine toute emmêlée ; il t’aide rapidement à démêler ce 
beau sac de nœuds.. et puis en fait non, remêle le tout aussi vite ! 
Il n’y a pas trop de personnages, tout comme j’aime bien. 
Le rythme est rapide, rendu possible par le découpage des chapitres en 
suivant des petits groupes de personnages.

A toi de réfléchir aux liens entre eux.. ou pas !

 

Ceux qui restent

Ceux qui restent de Marie Laberge ( titre en raccord avec le nom de famille ? rester sur la berge ? oh je sors….)

Edition : Pocket              Pages : 535         Prix : 8,50€

Genres : Contemporain ; Drame

4 ème de converture :IMG_7253

Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissés quand il s’est donné la mort.
Ce fut un geste soudain et, comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie.

Mon avis : ???

Bon c'est clairement pas un livre fun hein, d'ailleurs je ne sais
comment le noter. J'ai vraiment apprécié, mais comment apprécier un tel
sujet ? Comment dire que c'est un coup de cœur.
Car ici on suit le père, la femme, le fils, la maîtresse d'un homme
qui s'est suicidé.
On ne connaît rien de cet homme, l'histoire débute arpès son suicide.
Suicide incompris par tous car il allait en apparence bien. De plus
il n'a laissé ni mot ni lettre.

On m'a dit un jour que le suicide fait suite à une dépression, qu'on
est heureux à 90% du temps et triste le reste. Et à un instant
sur une pensée on peut se suicider .
De vouloir mourir sans haine et sans tristesse.
(cette personne en licence de socio)

Bref, on va donc suivre ses proches, la manière dont chacun se
remet ( ou pas ) de cette mort subite. 
Et il était très interessant de voir qu'on ne réagit pas tous de la
même façon à un choc aussi terrible.
Bel ouvrage sur la vie possible après la mort, sujet du suicide, vaste
sujet pas simple à aborder.

Pour en venir sur la plume de l'auteur, elle a vraiment une pureté
d'écriture. Elle arrive à nous faire sourire devant un sujet tel
quel. Les personnages sont plus où moins attachants.
Personnellement j'ai adoré la maîtresse de Sylvain, non pas pour
ce rôle d 'amante, mais pour son accent.
Car il faut savoir que Marie Laberge est Québécoise, et sur le 
personnage de la maîtresse on avait complètement l'accent québécois.
Eh oui on peut lire un accent. Tous les " ben " et les expressions
purement québécoise.
Et malgré le sujet et le nombre assez conséquent de pages, il se lit
très rapidement car un chapitre est très court et chaque chapitres
à un narrateur différent. Donc on a envie d'enchaîner.


Au passage rien à voir avec le film Ceux qui restent, même titre
mais histoire absolument différente.

" Je m’en veux quand même, parce que je voudrais tant que l’amour que 
j’éprouvais ait fait une différence. Mais ça ne le fait pas toujours. 
Et ça ne dépend pas toujours uniquement de nous. "

"Le suicide de mon fils n'est pas un message. C'est son geste. Sa décision.
Et cette décision a provoqué à son tour un cataclysme dans la vie de ceux 
qui vivaient près de lui. Avec lui. Quand on ne peut pas échapper à ce 
qui nous arrive, il faut poser les armes et attendre que notre coeur émerge.
Se refasse."

" Je ne crois pas qu'on refuse ou qu'on accepte de vivre. Je crois que 
certaines circonstances alliées à un état d'esprit spécifique conduisent 
à des gestes définitifs... qui, à ce moment-là, ont l'air d'une solution."

Les perles noires de Jacky O.

Les perles noires de Jacky O. par  Stéphane Carlier

Version Ebook, environ 400 pages

21269667_10207587643127522_1851749694_n.jpg

Genre : Contemporain

4 ème de couverture :

Gaby, la soixantaine déprimée, est femme de ménage dans les beaux quartiers new-yorkais. Un matin, elle trouve par hasard la combinaison du coffre-fort d’un de ses employeurs, un vieux marchand d’?art fortuné. Décidée à mettre la main sur son contenu ? et notamment sur un collier ayant autrefois appartenu à Jackie Onassis , elle imagine un plan particulièrement audacieux. Seulement, cambrioler un appartement huppé de l’Upper East Side, c’est un peu comme plier un drap sans se faire aider, ça demande un certain entraînement?…

L’avis d’Améline : ♥♥♥

Oh si tu veux rire, il est parfait !! 
En fait, c’est la 1ère fois que j’imagine un film parfait en adaptation 
cinématographique ou pourquoi pas théâtre. 
C’est censé être le casse du siècle d’une femme de ménage au service 
d’un vieil homme, riche, homosexuel et définitivement très (trop ?) gentil.
Elle essaie de s’entourer au mieux pour mettre toutes les chances de son 
côté et réussir ce coup. Et quelle équipe elle arrive à constituer ! 
Par désespoir de cause ou tout simplement par hasard,  cette drôle de 
troupe est hilarante.
L’auteur est très précis dans ses détails, ce qui peut sembler troublant 
et inutile au début. 
Mais chaque chose a son importance, du début à la fin et chaque personnage
a un rôle primordial.
J’adore, j’adore !!