La différence invisible

La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

Edition : Delcourt        Pages : 196              Prix : 22,95€

20eb247d011f8314fb0dfc1995b428d2.jpg

Genres : Bande dessinée ; Psychologie

4 ème de couverture

Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d’elle-même et découvrir qu’elle est autiste Asperger. Sa vie va s’en trouver profondément modifiée.

Mon avis : ♥♥♥

Il existe différentes formes d'autisme. Et toutes sont en général
assez méconnues du grand public, même pour les gens concernés.
Car en effet, comme l'explique assez bien la BD, les personnes atteintes
d'autisme ne sont pas toujours au courant. " Il existe autant de formes
d'autismes que de personnes autistes "
Et comme l'héroïne, ils vivent assez mal les regards des autres sans
savoir pourquoi ils sont jugés. Sur quelles différences ils sont jugés.
Dans cette BD on remarque aussi le monde cruel du travail pour les
personnes atteintes d'autisme. Ils sont réellement incompris.
Où les soucis quotidien qu'elle doit gérer, les foules, les bruits,
les imprévus,...
J'ai adoré le moment ou Marguerite apprend qu'elle une Asperger.
"C'est normal que je soi anormale ! C'est génial ! "
Elle se sent libérée, elle sait que sa différence à une origine,
que ce n'est pas sa faute.
De plus cette libération est assez bien ressentie du fait que tout le début
de la BD est en noir et blanc, et à partir du moment où elle l'apprend
la BD est en couleur.
Et à la fin il y a toute une explication sur qui sont les Asperger, leurs
difficultés, leurs facilités.
Très intéressant d'en savoir plus sur ce sujet que je connaissais
superficiellement.
Les auteurs ont réussis à nous expliquer cette maladie de façon ludique
et sans préjugés.
Bref je ne veux pas trop vous en dévoiler car à la fin il y a une petite
"surprise" concernant la BD.
Mais c'est une belle oeuvre, avec de beaux messages plus où moins cachés.

" Tout le monde est un génie, mais vous jugez un poisson sur sa capacité
à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu'il est stupide "
Publicités

Je voyage seule

Je voyage seule de Samuel Bjork

Version ebook, environ 600 pages

Genre : Thriller

4 ème de couverture :21291379_10207587685008569_1674375077_n.jpg

Elles n’avaient que 6 ans …
En pleine forêt norvégienne, une enfant est retrouvée pendue à un arbre. Sur son dos, un cartable d’écolière; autour de son cou, une pochette d’une compagnie aérienne avec ces mots : « Je voyage seule ».
L’inspecteur Holger Munch, chargé de l’enquête, fait appel à son ancienne coéquipière Mia Kruger, jeune policière de génie. Quand Mia découvre le chiffre 1 inscrit sur un doigt de la victime, la tension monte d’un cran : il y aura d’autres meurtres identiques, assure-t-elle. La suite lui donne raison… Jusqu’où ira le tueur ? Comment arrêter le massacre ? Une enquête terrifiante, qui frappera les deux policiers plus intimement qu’ils ne le croient…

L’avis d’Améline : ♥♥

Un bon thriller ! Ambiance macabre dès le début, mais tellement prenant ! 
J’ai eu peur du personnage du Mia, ancienne mais jeune flic à la retraite, 
retranchée du monde pour s’y suicider. Mais plus de peur de que mal car 
le duo avec un chef de brigade survolté fonctionne à merveille.  
Il s’agit du premier roman du norvégien Samuel Bjork qui te donne une 
vraie pelote de laine toute emmêlée ; il t’aide rapidement à démêler ce 
beau sac de nœuds.. et puis en fait non, remêle le tout aussi vite ! 
Il n’y a pas trop de personnages, tout comme j’aime bien. 
Le rythme est rapide, rendu possible par le découpage des chapitres en 
suivant des petits groupes de personnages.

A toi de réfléchir aux liens entre eux.. ou pas !

 

La revue dessinée

Je fais parti des personnes qui n’arrivent pas à suivre les informations. Que ce soit locale, mondiale, politique, … J’ai beaucoup de mal à m’y intéresser, à lire des articles.

Ce que je trouve extrêmement dommage car je suis citoyenne du monde et je me dois de m’y interesser un minimum. Si ce n’est au moins pour ne pas paraître idiote lors d’une conversation sur un attentat qui s’est déroulé la veille.

Bref, le week-end dernier j’ai découvert une alternative fortement exaltante : La revue dessinée.

La revue dessinée c’est quoi ?

Ce sont des reportages, des enquêtes, des documentaires sous forme de bande dessinée. Il y a un réel travail de fond et d’investigation. Du journalisme pur et en plus l’art et le plaisir de la BD.

 » La Revue Dessinée est un magazine trimestriel, numérique et papier, de reportages, documentaires et chroniques en bande dessinée. Tous les trois mois, ce sont 228 pages d’informations dessinées qui vous sont proposées, sur tablette ou en librairie. « 

Le prix d’un exemplaire est d’une quinzaine d’euros. On ne le trouve pas chez tous les buralistes. Mais ils sont présents dans les grandes librairies et bien sur sur l’internet.

Et je trouve que c’est une excellente alternative.  On prend plaisir de s’informer sansse forcer à lire une dizaine de pages écrites en mini mini minuscules. ( et dont on ne comprend rien parfois ! )

Alors voilà, je voulais vous partager cette découverte intéressante, car il y en a peut-être parmi vous qui sont dans mon cas.

Lepage_Fukushima_LaRevueDessine.pngCouv_294224

Ceux qui restent

Ceux qui restent de Marie Laberge ( titre en raccord avec le nom de famille ? rester sur la berge ? oh je sors….)

Edition : Pocket              Pages : 535         Prix : 8,50€

Genres : Contemporain ; Drame

4 ème de converture :IMG_7253

Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissés quand il s’est donné la mort.
Ce fut un geste soudain et, comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie.

Mon avis : ???

Bon c'est clairement pas un livre fun hein, d'ailleurs je ne sais
comment le noter. J'ai vraiment apprécié, mais comment apprécier un tel
sujet ? Comment dire que c'est un coup de cœur.
Car ici on suit le père, la femme, le fils, la maîtresse d'un homme
qui s'est suicidé.
On ne connaît rien de cet homme, l'histoire débute arpès son suicide.
Suicide incompris par tous car il allait en apparence bien. De plus
il n'a laissé ni mot ni lettre.

On m'a dit un jour que le suicide fait suite à une dépression, qu'on
est heureux à 90% du temps et triste le reste. Et à un instant
sur une pensée on peut se suicider .
De vouloir mourir sans haine et sans tristesse.
(cette personne en licence de socio)

Bref, on va donc suivre ses proches, la manière dont chacun se
remet ( ou pas ) de cette mort subite. 
Et il était très interessant de voir qu'on ne réagit pas tous de la
même façon à un choc aussi terrible.
Bel ouvrage sur la vie possible après la mort, sujet du suicide, vaste
sujet pas simple à aborder.

Pour en venir sur la plume de l'auteur, elle a vraiment une pureté
d'écriture. Elle arrive à nous faire sourire devant un sujet tel
quel. Les personnages sont plus où moins attachants.
Personnellement j'ai adoré la maîtresse de Sylvain, non pas pour
ce rôle d 'amante, mais pour son accent.
Car il faut savoir que Marie Laberge est Québécoise, et sur le 
personnage de la maîtresse on avait complètement l'accent québécois.
Eh oui on peut lire un accent. Tous les " ben " et les expressions
purement québécoise.
Et malgré le sujet et le nombre assez conséquent de pages, il se lit
très rapidement car un chapitre est très court et chaque chapitres
à un narrateur différent. Donc on a envie d'enchaîner.


Au passage rien à voir avec le film Ceux qui restent, même titre
mais histoire absolument différente.

" Je m’en veux quand même, parce que je voudrais tant que l’amour que 
j’éprouvais ait fait une différence. Mais ça ne le fait pas toujours. 
Et ça ne dépend pas toujours uniquement de nous. "

"Le suicide de mon fils n'est pas un message. C'est son geste. Sa décision.
Et cette décision a provoqué à son tour un cataclysme dans la vie de ceux 
qui vivaient près de lui. Avec lui. Quand on ne peut pas échapper à ce 
qui nous arrive, il faut poser les armes et attendre que notre coeur émerge.
Se refasse."

" Je ne crois pas qu'on refuse ou qu'on accepte de vivre. Je crois que 
certaines circonstances alliées à un état d'esprit spécifique conduisent 
à des gestes définitifs... qui, à ce moment-là, ont l'air d'une solution."

Août 2017

Août = mois de mon anniversaire.

En voici ma petite récolte, offerte ou acheté par mes soins.

  • L ‘atelier des bonbons bio ( merci les copines )
  • Vaches
  • L’encyclopédie imbécile de la moto ( merci les copains)
  • Manuel de conduite et l’usage du motocycliste débutant (merci les copains )
  • Ceux qui restent
  • Les jours meilleurs
  • The sun is also a star
  • Le château
  • Jules ( merci à ma sœur )
  • Dans les forêts de Sibérie ( merci à ma sœur )
  • L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes ( merci encore à ma sœur)

De belles acquisitions donc.

Et un grand merci à ma mamounette qui ma offert une liseuse/lampe de chevet en forme de livre. On ouvre le livre et la lumière s’allume parmi les pages. La classe quoi.

Merci à touuuuus ♥

 

Quand à vous chers lecteurs, si jamais une lecture commune vous intéresse parmi ces livres ou dans  Ma pile à lire, goooooo 🙂

img_7290.jpg

IMG_7251 (1)On remarquera que Tétie n’a même pas eu le temps de faire son lit !

Les perles noires de Jacky O.

Les perles noires de Jacky O. par  Stéphane Carlier

Version Ebook, environ 400 pages

21269667_10207587643127522_1851749694_n.jpg

Genre : Contemporain

4 ème de couverture :

Gaby, la soixantaine déprimée, est femme de ménage dans les beaux quartiers new-yorkais. Un matin, elle trouve par hasard la combinaison du coffre-fort d’un de ses employeurs, un vieux marchand d’?art fortuné. Décidée à mettre la main sur son contenu ? et notamment sur un collier ayant autrefois appartenu à Jackie Onassis , elle imagine un plan particulièrement audacieux. Seulement, cambrioler un appartement huppé de l’Upper East Side, c’est un peu comme plier un drap sans se faire aider, ça demande un certain entraînement?…

L’avis d’Améline : ♥♥♥

Oh si tu veux rire, il est parfait !! 
En fait, c’est la 1ère fois que j’imagine un film parfait en adaptation 
cinématographique ou pourquoi pas théâtre. 
C’est censé être le casse du siècle d’une femme de ménage au service 
d’un vieil homme, riche, homosexuel et définitivement très (trop ?) gentil.
Elle essaie de s’entourer au mieux pour mettre toutes les chances de son 
côté et réussir ce coup. Et quelle équipe elle arrive à constituer ! 
Par désespoir de cause ou tout simplement par hasard,  cette drôle de 
troupe est hilarante.
L’auteur est très précis dans ses détails, ce qui peut sembler troublant 
et inutile au début. 
Mais chaque chose a son importance, du début à la fin et chaque personnage
a un rôle primordial.
J’adore, j’adore !!

La bibliothèque des âmes

La bibliothèque des âmes, tome 3 de la trilogie Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

Edition : Bayard                  Pages :  582              Prix : 17,90€

Genres : Fantastique ; Jeunesse

4 ème de couverture :

IMG_7062

 

Dans le Londres d’aujourd’hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d’Addison, l’illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d’or, propose de leur faire traverser le fleuve.

IMG_6990

 

Ils rejoignent ainsi l’Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.
Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l’ennemi a bien établi son QG dans l’Arpent, derrière les murs d’une forteresse imprenable…

 

 

Mon avis : ♥♥

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec ma soeur, la 
fameuse Améline, nouvelle actrice de ce blog.
Je suis ravie d'avoir terminé cette trilogie. C'est d'ailleurs plaisant
de lire une trilogie et non une saga dont on attend impatiemment la
suite chaque année.
J'ai apprécié ma lecture, j'ai eu du mal a rentré dedans car on
direct sur la suite du tome 2, il ne nous a pas fait un récap. Donc
boom on attaque dans le métro, et on se dit " mais pourquoi on 
est ici déjà ? ". Mais au final on se remet très vite dans le bain.
Dans ce dernier tome on apprend un tas de nouvelles choses ce qui nous
permet de mieux comprendre les deux tomes précédents.
En revanche j'ai toujours aucune affinité avec Jacob, le personnage 
principal. Il m'énerve d'ailleurs, à se jouer héros mais pas trop.
Victime mais pas trop. Mais ce n'est pas grave.
Riggs a su capter mon attention pendant ces trois tomes, il a su 
créer son univers bien à lui. Le plus est bien évidemment ces
magnifiques photographies qui ponctuent la lecture.
Pour ceux qui ne se sont toujours pas lancé, c'est le moment!
Aller je vous laisse avec la première chronique d'Amé.
D'ailleurs pour éviter confusion elle répondra à vos commentaires
avec le pseudo d'enilema :)

L'avis d'Améline : 
Oui ! Enfin une trilogie de finie !! A la différence d’Elise, je lis sur 
liseuse (grâce à elle ♥) . Et entre nous, ca doit bien être le SEUL livre 
qui ne colle pas vraiment avec liseuse (NDLR : j’ai lu les autres
tomes version papier). 
L’ambiance créée avec les photos n’a rien à voir, de part la qualité, 
évidement.
Avec la version papier, on voit qu’on se rapproche des pages maronnées :). 
Avec la liseuse, tu attends, oublies presque .. et au moment où tu 
pourrais décrocher : photo ! En ce sens, le rythme des photos est parfait 
et rend cette trilogie totalement singulière.
Quant au rythme de l’histoire, j’ai vraiment eu du mal au début, 
à me souvenir de la fin du 2 et me remettre dans cette ambiance. 
J’ai trouvé le début très lent, dans lequel les personnes restent dans
le même cadre spatial durant beaucoup de pages ; et comme si l’auteur a 
pu sentir mon impression, il y rajoute de nombreuses précisions temporelles,
et ce tout au long du roman, pour te rappeler que tes 1h de lecture 
correspond souvent au double.
On retrouve évidement nos personnages préférés et quelques p’tits 
nouveaux du 3 ème tome, mais pas si nombreux que ça, ce qui permet de ne 
pas être perdu (ah non je n’aime pas faire une liste des personnages 
pour suivre convenablement ! )
Bon le p’tit Jack, il me fait de plus en plus penser à ce héro qui ne 
sait pas lui-même qu’il en est un, totalement inconscient de ses pouvoirs
mais qui a toujours besoin de l’aide d’une troupe de particuliers. 
Un genre de Harry Potter dans l’univers Tolkien avec une touche d’humour 
type Pirates des Caraïbes ! Non bien évidement, il a crée un univers 
fantastique, SON univers qui clarifie certaines choses avec ce 3 ème tome. 
Certains aspects et questionnements sont élucidés. 
La fin .. tu pressens dans l’histoire qu’elle est proche mais regarde bien 
le nombre de pages restantes ! Riggs te manipule,te faire angoisser,hésiter,
 te fait douter sur tout ce que tu viens de lire. J’ai bien cru à un
4 ème tome ! 
Tente d’imaginer la fin ! Mais tu risques d’en être loin :)