Les gens heureux lisent et boivent du café

Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand1507-1.jpg

Edition : Pocket        Pages:187       Prix: 6,30€

Genre: Contemporain

4ème de couverture:
Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Mon avis :♥♥♥

Je vous fais cette petite chronique bien longtemps après ma lecture.
Mais comme je compte lire la suite sous peu, je me dis qu'une petite
piqûre de rappel pour tout le monde ne fera pas de mal.
J'avais vraiment aimé ce petit livre plein d'espoir malgré une perte
difficile et horrible.
Mais ce qui m'a surtout fait acheter ce livre c'est qu'une grande partie de 
l'histoire se déroule en Irlande ( qui est de loin mon pays favori).
J'ai acheté le livre avant mon voyage et je l'ai lu à mon retour d'Irlande.
J'ai d'autant plus apprécié lire se livre après coup car quand l'auteur décrivait
les paysages ou la mentalité des habitants des petits villages, je me suis
tout de suite sentie concernée et cela m'a permis de repartir en voyage
mentalement.
En dehors du lieu de récit c'est une jolie histoire avec des rencontres 
rigolotes et amoureuses. On ressent la détresse de cette femme qui a perdu
son enfant et son mari. On aurait même tendance à comprendre son besoin de 
fuir la vie. L'auteur a une écriture simple et fluide, malgré le contexte
triste il y des petites touches d'humour qui font du bien.
Avec un livre comme celui-ci je m'attendais à une fin totalement classique
avec un "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", je suis tombée
de haut. Et ça fait du bien ce genre de fin.

Je suis donc bien pressée d'entamer la suite, même si je ne vois pas très bien
quoi ajouter de plus à cette fin. Suspens.


"Ils étaient partis en chahutant. J'avais appris qu'ils faisaient encore
les pitres dans la voiture. Je m'étais dit qu'ils étaient morts en riant.
Je m'étais dit que j'aurais voulu être avec eux."
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s